Naufragés à Chypre

Après avoir partagé nos impressions sur Chypre, nous voulions quand même faire un plus court article sur ce que nous avons vu et fait.

Deux mois et demi alors que nous comptions rester deux ou trois semaines. Un vrai naufrage pour notre groupe, mais aucun regret.

Fabian, qui nous avait rejoint en Turquie, a continué le voyage avec nous pendant trois semaines à Chypre. Exploration de la partie turque de Chypre du Nord faite, nous avons squatté pendant quelques jours un bâtiment abandonné à Nicosia. Un peu en galère de douche et de lessive, nous avons quitté la ville pour les montagnes de Trodoos après avoir trouvé toutes nos bonnes adresses (bières et pain pas cher) et fêté l’anniversaire d’Arthur avec un Fabian malade comme un éléphant vert. De petit village en petit village, nous nous arrêtons pour goûter les fleurs d’amandiers qui remplissent les versants. A Alona, dont les rues sont protégées du soleil par de vieilles vignes, probablement magnifique en automne, nous retrouvons au hasard le vieux coach de foot qui nous avait offert une douche à Nicosia, entouré de ses potes d’enfances, et celui-ci s’excuse de ne pouvoir nous offrir que les restes de leur repas. Nous retrouverons aussi Doria, une amie de Grenoble, qui va se payer le luxe de nous suivre dans nos aventures pendant deux semaines et nous aider dans la construction de barrages de rivière.

Fabian a ensuite à son habitude presque loupé son avion, et Doria l’a suivi dans la foulée. Nous avons poursuivi avec notre super coupain Olex from Ukrain, qui après avoir cassé la poignée de notre cafetière à Antalya, s’est mis en tête de remettre ça avec le couvercle et de brûler le matelas d’Arthur en testant une technique révolutionnaire de sable chauffant (demandez-nous si vraiment ça vous intéresse).

Après un mois sans shampoing, nous avons trouvé notre oasis : quatre filles en service volontaire européen avec une maison, une douche, une machine à laver, une terrasse et un chat homosexuel. Ce sera notre quartier général pendant plus d’un mois de va et vient alors que la suite se met en place.

En voyant une affiche de festival trance dans la rue, nous avons décidé d’y être bénévole : une semaine donc de nettoyage, de construction de tente, ansi que trois jours de musique avec toute l’équipe d’Exodus, un paquet d’Israéliens soutenus par les Chypriotes.

Puis la famille chérie de Rémi est venue nous rendre visite, permettant grâce à ‘Super Voiture De Location’ d’accéder à des coins plus reculés comme les gorges d’Akavas, dans le parc d’Akamas. Ces derniers, conformément à nos exigences, ont débarqué avec plus de fromage et de charcuterie que de vêtements.

Mais l’aventure chypriote commençait à s’éterniser, deux mois, et il était temps de trouver un bateau à voile pour l’Égypte. On a tout essayé, toutes les marinas et les ports, on s’est fait arrêter par la police qui nous pensait Jihadistes en herbe sur la route de la Syrie, pour finalement devoir se rabattre sur Israël que nous voulions éviter. Et puis finalement, on a payé un cargo à un prix défiant toutes les concurrences : 230, deux fois le prix de l’avion. Mais nous n’avons pas flanché, non, l’avion et ses prix ridiculement bas ne nous aura pas encore.

Israël, Palestine, préparez-vous à résoudre votre conflit, on débarque !

Fil Topo, Rémi et Arthur.

Quelques photos d’endroits que nous avons aimés.

utds_IMG_1446Vue sur la péninsule de Dipkarpaz, Chypre Nord.

utds_IMG_1201Une des plages de Dipkarpaz.

utds_IMG_5114Rue côté turc à Nicosia. Pleins de bâtiments abandonnés facile à squatter pour passer un moment dans la capitale.

utds_IMG_1272Les montagnes de Trodoos, ici le village de Palaichori.

utds_IMG_1375Squat d’une ancienne boîte de nuit à Paphos. Arthur rêvait d’y ouvrir son prochain bar.

utds_IMG_9227Plage dans le parc d’Akamas.

utds_IMG_1388Pyla, l’un des derniers villages où Chypriotes turcs et grecs vivent ensemble.

utds_IMG_9196Capo Greko côté Nord de l’île.

utds_IMG_1570La plage après le village d’Akdeniz, nord de Chypre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *