Musafir largue les amarres

Ohé moussaillons !

Non on n’a toujours pas de nouvel article, nous sommes maintenant à Ikhwezi Lokusa une ferme qui fait de la permaculture vers East London toujours en Afrique du Sud, où nous venons de passer trois super semaines. Nous partons bientôt en direction du Swaziland avant que notre visa se termine. Nous avons encore pris du retard sur les articles et celui sur l’Égypte n’est toujours pas terminé, mais pour vous consoler vous pouvez quand même voir les photos du Soudan que nous avons mises en ligne.

Lorsque que nous étions au Kenya nous avons passé un mois à Musafir afin de participer à ce magnifique projet mais surtout de commencer notre initiation à la vie de pirate. Musafir c’est le projet de construire un énorme bateau en bois à l’ancienne, de partir à l’aventure avec et de promouvoir une vie simple et durable en harmonie avec son entourage.

Le bateau est maintenant presque fini et les musafiris ont lancés une campagne de financement participatif afin de couvrir les derniers frais avant de pouvoir larguer les amarres fin mars si tout se passe bien. Vous pouvez aller jeter un coup d’œil à la campagne de dons.

La bise.

Armi et Rétur.

Lire la suite

Brève – Remise à niveau : arrivée à Cape Town

Bonjour mes petits pâtés chéris,

Comme vous le savez tous (car vous suivez tous notre blog avec plus d’avidité que Facebook ou le Monde.fr), nous sommes arrivés à Cape Town-Le Cap, au début du mois de Décembre avec l’ambitieux objectif de trouver un appartement et un travail, de se poser, et de se faire un solide réseau d’amis gentils et mignons. Ce qui n’a pas du tout marché.

Première arrivée au Cap, nous avons eu le temps de poser nos affaires avant d’aller faire du bénévolat au festival Vortex, et même de se faire un peu de sous en proposant notre aide. Après cette pause dans une micro-société très cool de 24h/24h de musique et de bonne guinche, retour en ville.

Allant de galère en galère, notre “Cape Town Master Plan” comme nous l’avons appelé sur notre feuille de papier est toujours loin d’être accompli. Pour ne citer que quelques galères : des Capetowniens qui promettent tous de nous héberger et qui nous lâchent comme des princes, un appart d’une amie française qu’on peut squatter pendant un mois jusqu’à ce que l’agence se dise que “non, c’est pas possible que vous restiez, c’est une question de principe”- ooh les beaux principes que vous avez Mr Immobilier.

Alors on a abandonné cette ville trop difficile juste après un ENOORME NOËËL avec repas digne de la grande bouffe et une après midi du 25 passé sur la plage pour rejoindre le Learning Man, un autre festival organisé complètement différemment que le Vortex. Le but est dans le titre : apprendre. C’est un petit village qui s’est mis en place pendant ces huit jours, sans hiérarchie et où chacun était libre d’apprendre ou d’enseigner à travers des ateliers, des échanges formels ou spontanés, et où toutes les générations se sont confrontés avec une tolérance incroyable. On a aussi pu y expérimenter le Community Exchange System, une alternative à nos monnaies, puisqu’il n’y avait pas d’argent en circulation sur le festival mais seulement ce système « d’échange de talents ».

learningman

Mais nous avions laissé nos vélos et quelques autres affaires en ville, monstrueuse entité… Au moment où nous entrons dans la cuisine, le téléphone sonne : un restaurant a besoin d’Arthur pour un boulot dans les deux heures qui arrivent. Arthur passe donc la semaine à travailler, en même temps que nous finissons nos derniers préparatifs, notamment la vente de nos superbes vélos.

Arthur a failli partir au Brésil en voilier-stop, mais ça ne s’est finalement pas concrétisé. Les deux compères vont donc reprendre la route ensemble demain pour aller faire un peu de bénévolat dans une ferme en permaculture.

Et puis comme on sera posé, ce serait ptêtre pas mal d’en profiter pour écrire un ou deux articles, non les gars ?

Maxibises,

Rémur et Arthi

Lire la suite

Brève – Panne de blog

Hey les ptits chamallows,

De retour sur le blog après une longue période d’inactivité, pour en fait dire qu’on ne va pas pouvoir s’en occuper avant quelques semaines !

En effet nous avons subit des très sévères attaques de plages intensives contre lesquelles nous n’avons rien pu faire, et encore, s’il n’y avait que cela… Nous avons aussi subit un complot interstellaire pour nous éloigner d’internet (Rémi pense que c’est les aliens, Arthur parie plutôt sur les cookies géants). Afin d’ajouter un peu de piment dans notre communication, c’est le clavier de l’ordi qui a fini par faire des siennes. Sans les , les , les , et la barred’espace, la communication donnait à peu près ça : BojouousousappellosAthuetémietousaosublogsupechouette. Pas vraiment pratique. Nous sommes depuis hier propriétaire d’un gros clavier externe. L’ordi portable devient de plus en plus fixe.

Nous sommes en ce moment sur l’île de Zanzibar que nous allons quitter pour aller très vite en Afrique du Sud où nous avons rendez-vous début décembre avec un festival de musique, offrir un peu de nos muscles pour la préparation et un peu de nos jambes pour la guinche. C’est aussi pour cela, que sur la route intensive de quelques milliers de kilomètres à parcourir en deux semaines, nous ne nous occuperons pas du blog. Une fois un petit nid trouvé au Cap, nous nous attellerons à rattraper tout ce beau retard. Au programme, Égypte, Soudan, Éthiopie, Kenya, Tanzanie/Zanzibar, la route entre Zanzibar et l’Afrique du Sud, et sûrement un petit quelque chose sur notre arrivée au Cap.

utds_2015_10_28-00_56_28

On va quand même se permettre de vous donner une esquisse rapide de nos dernières semaines !

Nous avons quitté une Éthiopie en fin de saison des pluies pour retrouver une petite France chez des amis de la famille à Nairobi. Arthur y a soigné son furoncle comme un grand. Le fromage et le vin qui nous avaient tant manqués ont sûrement bien plus aidé que les antibiotiques du médecin. Et beh oui on dit qu’il faut un verre de rouge par jour et trois produits laitiers, alors on a rattrapé le retard. Ensuite nous sommes partis pour une semaine aider le projet Musafir, un groupe de grands enfants qui se sont dit qu’ils allaient construire un énorme bateau en bois pour voyager autour du monde. Et nous ne sommes repartis que quatre semaines plus tard. Le piège de la plage paradisiaque à cinquante mètres, de la bonne ambiance et un concert avec Mungo’s HiFi à l’auberge juste à côté. On a pris la route pour un court séjour à Zanzibar qui s’est un peu allongé (hein ? Encore ?).

On se retrouve dans quelques semaines alors ?

Bisnouilles,

Arthur, Rémi et leur nouveau clavier.

PS : Pour ceux qui suivent ça fait maintenant un an qu’on voyage. Ah bah dis donc alors !  Notre prochain article sera sûrement un petit bilan de cette année.

Lire la suite

Brève – Eh mec ! Il est où mon appareil photo ?

Salut les filles et les gars et tous les autres.

Nous avons une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’on est à Addis Ababouille the capital of Ethiopie, que tout va bien et qu’on se fait héberger dans un chouette appart, avec douche chaude à souhait (première depuis des semaines, ou peut-être des mois), une cuisine, internet, électricité, et une belle vue sur la montagne environnante. C’est Ronen un cool gars trouvé sur Couchsurfing qui nous accueille pour quelques jours, et nous pouvons enfin vraiment nous poser après nos récentes aventures assez difficiles.

Et la mauvaise, c’est que quelqu’un a volé nos deux appareils photomatiques. Non mesdames et messieurs, pas un, mais bien deux appareils photos. Alors qu’on marchait sur la route pour aller faire du stop dans le bled de Kembolcha un tuk-tuk s’arrête et nous propose de nous avancer un peu gratuitement. Rémi monte à l’avant, Arthur à l’arrière avec deux autres gars et les sacs à dos. Les gars en profitent pour discrètement ouvrir les poches de nos deux petits sacs à dos que nous avons d’habitude tout le temps à l’œil, et embarquent ainsi les deux appareils photos, un microphone et un chargeur de téléphone.

Comme on le disait dans la brève précédente nous sommes arrivés en Afrique et ici notre style de voyage ne marche pas aussi bien qu’on le voudrait. Nous sommes vraiment les hommes blancs à qui une bonne partie des locaux essayent de nous soutirer ce qu’ils peuvent ou de profiter de nous. A peine une journée après le vol des appareils photos, c’est un gamin cette fois qui fait les poches de Rémi et réussi à choper son téléphone avant qu’on le récupère.

En fait la vraie mauvaise nouvelle c’est qu’ici on ne peut faire confiance à personne et qu’on ne peut pas voyager comme on le souhaite, sans compter que nous avons perdu toutes les photos de l’Éthiopie et que nous n’avons plus d’appareil photo pour la suite.

C’est pour fêter ça que nous avons décidé de créer une nouvelle catégorie : Objets volés.

Mais attention ne paniquons pas ! Une fois qu’on oublie tous les trucs qui rendent le voyage difficile on est quand même content d’être ici, de boire des bières au bar à 50 centimes la pinte, de monter dans des voitures disparues en Europe et de se faire inviter pour des cérémonies du café.

Allez à plus !

Lire la suite

Brève – ሰላምናችሁ l’Afrique

Selamnatchu ሰላምናችሁ !

Depuis environ une semaine nous voilà en Éthiopie. Nous avons donc quitté le monde Arabe pour entrer dans l’Afrique à proprement parler. Les premiers jours ont été assez difficiles. Il y a très peu de voitures et c’est donc super dur de faire du stop, beaucoup de gens nous demandent de l’argent, surtout les enfants qui nous suivent sur des centaines de mètres, et on essaye souvent de nous faire payer le « prix de l’homme blanc ». C’est la saison des pluies donc il pleut beaucoup, impossible de camper, difficile de se faire héberger, et on finit par payer des chambres d’hôtels. On vient d’arriver à Mekele où l’on trouve une ville plus grande, plus accueillante et des gens qui ont apparemment plus l’habitude des étrangers.

Depuis plusieurs mois nous prenons du retard sur nos articles. Chaque jour de 11h à 17h, Internet ne marche plus, de 17h à 21h il y a une coupure générale d’électricité, ce qui ne nous laisse que le créneau 9-11h pour s’amuser à charger 38 fois les mêmes pages en attendant que la connexion se stabilise. Les endroits confortables avec une prise électrique pour se poser et écrire sont rares, donc on se rabat sur les hôtels « chics » où l’on se prend un délicieux expresso éthiopien.

Après des mois de désert, nous sommes quand même bien content de traverser les collines, que dis-je, les montagnes verdoyantes de l’Éthiopie, d’avoir vu des singes sauvages (non papa pas encore d’éléphants) et d’avoir échangé le thé contre des bières bonnes pas chères. Et c’est ce que nous buvons quand la pluie est trop forte, pas le choix.

Mais les articles viendront. Soyez patients, on vous envoie plein de café télépathique en attendant.

Ciao !

Lire la suite

Brève – On a perdu notre Fil Topote…

On a perdu notre pote….

Fil Topo nous a quitté en Jordanie. Pendant plus de 6 mois nous l’avions trimballé, à gauche, à droite, lui promettant de l’emmener voir les éléphants en Afrique. C’est un brillant échec, vu que nous l’avons perdu juste avant qu’il puisse toucher le continent africain. Il était avec nous lors de notre randonnée dans la vallée de Dana (où nous avons jeté un dernier regard sur notre femme notre fils et notre domaine), et puis soudain il avait disparu.

Enlevé ? Peut-être sa crise d’adolescence lui a fait faire une bêtise ? Ou peut-être a-t-il tout simplement confondu les éléphants avec les dromadaires jordaniens ?

Nous pensons fort à lui et nous lançons bien sûr un avis de recherche, merci de nous contacter.

Adieu notre pote, l’esprit de notre groupe de voyage.

Lire la suite

Brève – A nous le nouvel iPapyrus !

Pour de nombreuses raisons qui ne dépendent pas de nous (flemme, chaleur, des gens qui essayaient de nous construire l’internet, fromage frais, etc.), nous n’avons pas beaucoup écrit ces dernières semaines. Et pourtant il s’en est passé des choses !

Tout d’abord, nous avons quitté Israël après avoir fait un petit tour en Palestine et nous avons rejoint Marie en Jordanie, une amie de l’année universitaire en Australie d’Arthur. Trois semaines se sont alors écoulées à la vitesse d’un dromadaire de course, et internet s’avérant être aussi difficile à trouver que de l’eau, notre site n’a pas été inondé.

Alors après que Marie ait décidé de louper son avion depuis la Jordanie et de nous suivre quelques semaines de plus, nous avons pris le bateau pour l’Egypte. Entre temps, ses parents ne la voyant pas débarquer à l’aéroport de Marseille ont appelé toute sorte de consulats et de polices pour la retrouver. En ce moment dans le Sinaï, nous nous sommes posés à Dahab pour rattraper tout ce qu’on avait mis de côté. Nous hésitons encore entre un cours de masque et tuba ou un camp d’entraînement de quelques jours avec l’État Islamique ©. Les Frères Musulmans ® proposent aussi des tarifs avantageux, mais nous avons entendu dire que le service est de moins bonne qualité. Un petit mois est prévu dans cette Egypte désertée des touristes, de ce que nous avons vu pour l’instant.

On est aussi très fier d’avoir eu notre première tourista.

Mariarthurémi, un tour deux singes et une loutre.

Lire la suite

Brève – Eh mec ! Il est où mon sac ?

Salut à tous les amateurs de fromage frais,

On a une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. La bonne en premier : ça fait un petit moment qu’on se dit qu’il faudrait qu’on voyage plus léger, mais on arrivait jamais à se décider à jeter des choses, au contraire, on en accumulait. Maintenant c’est chose fait, on a entre 15 et 20 kilos en moins !

La mauvaise, c’est que c’est pour une mauvaise raison… Et oui, pendant que le gros sac d’Arthur faisait tranquillement la sieste dans la tente à la fin d’un festival de musique sur la plage, ce dernier s’est fait embarquer sauvagement ! Arthur et Rémi ont bien tenté pendant une bonne partie de la nuit de le retrouver parmi les dunes, ainsi que le lendemain, allant même jusqu’à la ville la plus proche, mais sans succs aucun. Rien d’important n’a été perdu, si ce n’est des vêtements, le sac de couchage, des enceintes, quelques souvenirs persos et surtout le sac en lui-même.

Après abandon des recherches, nous sommes allés nous faire offrir des sandwichs et un duvet par le poste de police local lors de notre déclaration de perte. « What is the name of your father? What is the name of your mother? What is your religion? ». Euh, no religion. « No, I’m asking, what is your religion: Jew, Christian, Muslim, Arab? » (Vous noterez qu’arabe est une religion pour l’officier de police). No religion, atheist. Cela semblait le perturber. « This is my name on Facebook, and if you have a problem, just let me know, or call me. Have a nice trip guys ».

Dodo à la dur ce soir-là, et bonne surprise quand le lendemain soir nous remarquons que l’écran d’ordinateur de Rémi est cassé et qu’il faut le changer.

Un bon week-end pour UTDS POWER !!

Au programme de ces prochains jours, aller faire le tour des magasins d’ordi et des magasins de seconde main à Tel Aviv, Israël !

Ensuite, on va aller flotter un peu sur la Mer Morte.

Bisounours à tous,

Raflure, Flémi, et Bill Topo.

Lire la suite

Brève – On a un nouveau pote : Fil Topo

Dans les articles précédents nous avons parlé de Fil Topo, mais quelle est donc que cette étrange bestiole ? Sous ses airs de zèbre arc-en-ciel, il est néanmoins dur de s’y tromper, Fil Topo est un éléphant. Certaines mauvaises langues diront que c’est un pingouin, mais que nenni, c’est un éléphant.

C’est Ceylan, une amie turque qui nous l’a présenté en janvier 2015. Quand il a appris que nous voulions aller en Afrique, il nous a demandé si nous pouvions l’emmener voir ses congénères pour de vrai. Nous avons très vite sympathisé autour de baklavas et de bonnes parties d’Elephant Ball (Fil Topo veut en fait dire ‘balle éléphant’ en turc).

Cela fait donc quatre mois que Fil Topo se balade avec nous, dans nos sac à dos ou à l’air libre, il participe à nos restaurants et à nos diverses excursions. Ce n’est pas toujours facile de porter un éléphant, mais nous avons de sacrés biscottos alors on tient le coup.

On sent qu’il a beaucoup changé depuis qu’il nous a rencontré, et nous espérons qu’il n’est pas sur une mauvaise pente. Récemment, il est devenu punk avec son nouveau piercing et a fumé sa première clope… A bientôt pour de nouvelles aventures éléphantesques.

Lire la suite

Brève – Prépare tes falafels Israël

Salut les petits loulous en sucre et autres sardines à l’huile en boîte,

Comme vous le savez, nous avons décidé de faire un tour du monde sans dépense en transport. C’est donc mission réussie grâce à un superbe cargo qui nous a transporté de Chypre à Israël pour la modique somme de 235 euros par personne. Et oui, l’équivalent d’un mois et demi de voyage et un trajet encore plus cher que si nous avions pris l’avion. Heureusement que nous avons des convictions et des principes en béton armé et que nous préférons nous priver de bière plutôt que de prendre l’avion. Pourquoi ne pas prendre l’avion nous direz-vous ? A lire dans un prochain article.

Nous voici donc arrivés à Haifa après un interrogatoire de 547 heures sur les raisons de notre visite en Israël, qui nous connaissons ici, si nous avons des armes dans nos sacs, pourquoi nous avons trop la classe et pleins d’autres questions pièges pour vérifier que nous ne sommes pas des nuisibles à l’état Israélien ou autre djihadistes en herbe. En ce moment hébergés dans le quartier ultra-orthodoxe, nous nous promenons au gré des armes portés par les militaires et des petits drapeaux nationalistes accrochés aux immeubles et aux voitures.

Bisous bien baveux pleins de houmous,

Fil Topo, Rémi et Arthur.

Lire la suite