Notre matos

Mais qu’est-ce-qu’on a dans notre sac ? Vu que nous sommes deux, nous avons du matos commun et du perso. Cela nous permet d’avoir un peu plus de matériel de confort, sans avoir à tout porter tout seul. Bien sûr nous aurions pu prendre un âne avec nous, mais la plupart des conducteurs sont allergiques aux poils d’âne alors on a décidé de s’en passer.

Nous allons aussi vous donner les poids dès qu’on aura trouvé une balance et les raisons du pourquoi du comment nous avons pris ces objets.

On s’est encombré de pas mal de choses pour être au top : enceintes portatives, cafetière, etc. C’était un peu notre choix, quitte à (aban)donner ces objets au fur et à mesure du périple.

Matos qu’il est commun

– Une tente 2 kilos pour deux personnes : la Ferrino Nemesis 2. On apprécie chez elle ses petits auvents latéraux qui permettent de laisser des affaires à l’extérieur et donc d’avoir royalement de la place à l’intérieur. Un bon compromis qualité/poids que Rémi trimballe déjà depuis quelques années et qui a fait ses preuves.

– Une mousquetaire. Euh non moustiquaire. On voulait l’acheter en Afrique mais la maman de Rémi s’est débrouillée pour nous la refiler avant de partir, parce qu’elle trouvait que notre sac n’était pas assez lourd. Merci maman !

– Une réchaud à bois de la marque Biolite, c’est un peu du high-tech, merci papa Noël 2013. Un module à effet Peltier crée de l’énergie grâce à la chaleur, ce qui permet d’alimenter un ventilateur qui rend le réchaud rend ultra-efficace, et qui permet aussi de recharger via usb son téléphone, son lecteur MP3 ou autre.

– Une cafetière italienne. Imaginez la situation : vous avez fait du stop toute la journée, vous avez dormi dans un endroit pourri, vous savez qu’une autre dure journée vous attend. Soit vous pouvez vous lever et faire du stop. Soit vous pouvez vous lever, faire un petit café tranquille, et ensuite partir. Voilà pourquoi c’est indispensable.

– Un ordinateur : Rémi travaille régulièrement en tant que développeur web sur l’ordi et en a donc besoin. C’est aussi pratique pour mettre à jour le blog, se renseigner sur les prochaines villes, trouver des hôtes, envoyer un mail à son chat. Mais bien sûr, on peut parfaitement faire sans.

– Une enceinte portative : on a opté pour Jabra Solemate, 8h d’autonomie selon le fabricant, du bon son et résistante. Un peu lourde peut-être, mais c’est tellement bon de pouvoir se poser au milieu de la nature et de couvrir le chant des oiseaux par un petit son reggae.

– Un petit MP3 léger, pas cher, et qui lit les cartes SD : du coup, on a deux fois 16Go de musique, chacun les siennes malgré nos goûts similaires !

– Un micro pour enregistrer des trucs funs en attendant une voiture dans le désert. Pas vraiment utilisé jusque-là !

– Un sac de bouffe et une boîte avec diverses herbes et épices trouvées sur les marchés ou dans la nature. On essaie d’avoir toujours un peu de riz ou de lentilles avec nous.

– Une fiole contenant un peu d’alcool fort pour les moments durs ! Au départ de Grenoble, elle était remplie de Chartreuse bien sûr.

Matos individuel

On vous met en gros ce qu’on a, ça varie un peu entre Arthur et Rémi en fonction de leurs goûts.

Sacs et boîtes

– 1 gros sac (Gregory Baltoro 65l) : tous les objets non-importants. C’est ce sac qui va dans les soutes des cars et dans le coffre des voitures.

– 1 petit sac (Salewa Peak 28l pour Arthur, Quechua Forclaz 22 Air pour Rémi) : Comme dit le dicton, il faut toujours mettre tous ses oeufs dans le même panier. Ce sac contient donc toutes nos affaires importantes (passeport, appareil photo, ordinateur,…) et nous l’avons tout le temps à l’œil et près de nous.

– Différents sacs de vêtements : pour les t-shirts, pour les sous-vêtements et pour le linge sale.

– Une banane : ok, ça sonne pas cool comme ça, mais une petite banane fine en cuir qui se glisse facilement sous le t-shirt c’est vraiment sympa. Enfin ça, c’est selon Arthur, mais Rémi n’a pas encore osé franchir le pas.

– Un sac taille passeport que l’on peut accrocher à la ceinture pour cacher celui-ci entre son pantalon et sa cuisse. Et il empêche le passeport de s’abîmer trop vite.

– Des sacs étanches : pour l’ordi, les appareils photos, etc.

– Divers sacs plastiques, Ziplock, boîtes en métal et plastique (type boîte à cigare ou crème Nivea). Pour ranger tout les petits trucs, de la carte sd au coupe-ongle en passant par le doliprane.

– 1 petit sac contenant de la lavande séchée cousu par nos mamans chéries qu’on aime et qu’on adore . Au top pour mettre dans son sac de linge propre. Cela donne un agréable fumet.

Flingues. Euh non fringues

– 1 pull/veste semi-hiver.

– 4 tshirts, 1 chemise pour les petits moments classes ou quand il fait super chaud, 5 paires de choses-nettes, 5 caleçons.

– 1 jean, 1 ou 2 shorts.

– 1 casquette de beau gosse américain, ou un chèche en mode taliban ultra polyvalent qui peut faire aussi serviette ou écharpe.

– Pour Rémi un bonnet hibou, pour Arthur un bonnet poussin (qui sert de protection pour les enceintes en même temps).

– 1 veste de pluie/k-way.

– 1 ceinture avec une doublure fermeture éclair : au top pour cacher les biftons vu que nous nous baladons avec pas mal de cash sur nous, une idée de la maman Rémi, merci maman.

– Chaussures : tongs, chaussures de ville et de rando.

Dodo

– Sac de couchage confort 5°, limite 0° : Rémi a un Quechua S5Light (environ 60€) et Arthur a un Millet Baikal 1100 (90€). Tous les deux en synthétique car plus faciles à laver et plus résistants à l’humidité que les sacs de couchages en duvet (avec de vrais plumes).

– Un sac à viande : c’est cool pour quand il fait trop chaud et cela évite de laver son sac de couchage trop souvent  car le temps de séchage est super long et les lavages trop réguliers font perdre les capacités isolantes.

– Une taie d’oreiller : on met son pull dedans et ça fait un petit oreiller bien appréciable.

– Un carré mat : surtout dans les zones froides, le carré mat sert d’isolation avec le sol. Un excellent duvet mais pas d’isolation donne un résultat relativement mauvais. Sinon, ça sert pour se poser quelques minutes si on ne veut pas se mettre à même le sol.

– Une couverture de survie : nous avons choisi de prendre un couverture de survie de l’extrême (environ 25€), pas celles à utilisation unique. Celle-là est bien résistante et possède des œillets dans les coins, ça ressemble plus à une bâche et peut servir d’abri éventuel avec des cordes.

Manger miam miam

– 1 popote avec fourchette et cuillère : on est plutôt inox qu’aluminium nous.

– 1 verre plastique de festival type « Ecocup ».

– 1 couteau (moins de 10€) : Opinel n°8 ou 9 en carbone. Le carbone est plus facile à aiguiser et plus solide que l’acier inoxydable,  mais attention à la rouille du coup.

– Gourde : plastique ou old-school, faites-votre choix.

– Divers choses : balle de thé, des petites boîtes noires de pellicule photo, briquet et briquet de rechange, et quelques allumettes avec seulement le côté de la boîte au cas où …

Électronique

– Chargeur secteur qui se transforme en double usb (moins de 10€) : 1,5 ampère + 2 ampères pour des charges rapides si nécessaires. De nos jours, une bonne partie des chargeurs et câbles peuvent être trouvés avec embout usb.

– Allume-cigare qui se transforme aussi en double usb (pareil, moins de 10€) : pour charger si besoin en faisant du stop.

– 1 disque dur externe (environ 70-80€) : chacun de nous en a un, et nous nous échangeons nos données régulièrement en cas de vol ou de détérioration de l’un des deux. Rémi a 1To et Arthur 1,5To

– 1 appareil photo et une batterie supplémentaire : nous avons le Canon Powershot S110 pour Arthur, et S120 pour Rémi. De notre avis, un superbe appareil compact « expert » qui permet de faire pleins de réglages manuels très facilement, notamment l’ISO, l’ouverture et le temps d’exposition. Ce n’est bien sûr pas la qualité d’un réflexe, mais le rapport qualité-encombrement est grandiose.

– 1 vieux téléphone chacun.

– Un câble jack mâle-jack mâle 3,5mm (l’embout classique de tous les écouteurs et casques audio). Permet de poser son son sur un bon nombre de chaînes hifi si les gens n’ont pas le câble.

– Et un câble jack femelle 3,5-jack mâle RCA : en combinant avec le câble ci-dessus, vous pouvez connecter un MP3 ou un ordi sur la majorité des chaînes hifi car certaines n’ont pas de prise jack simple.

– Un casque audio/paire d’écouteurs.

Pharmacie

Demandez conseil à votre médecin préféré, l’info est facile à trouver, et quelques médocs de base pour un total à moins de 40€ feront l’affaire.

Musique

Ça c’est notre solution de repli pour le jour où on aura dépensé tout notre argent.

– Ukulélé : plus petit qu’une guitare, facile à jouer et peu cher. Sert aussi à charmer les autochtones sur la plage en dessous des arcs-en-ciel.

– Harmonica (en A) : instrument petit et résistant, pas cher (moins de 20€) pour un bon son. Une petite touche de blues dans le désert.

– Une flûte irlandaise (en B) : pareil, peu encombrant, léger et pas cher. Peut servir de matraque en cas d’agression.

– Des œufs maracas, pour un peu plus de rythme dans les sessions jam.

– Une guimbarde.

– Des papiers avec des paroles de chanson, des partitions d’harmonica ou d’ukulélé.

Administratif et autres paperasses

– Photocopies des papiers importants : notamment passeport et page des vaccins du carnet de santé. On vous conseille de les avoir scannés quelque part sur une boîte mail aussi.

– Passeport : utile pour traverser les frontières autrement que par les montagnes ou par les rivières à l’aide d’un tuyau pour respirer.

– Permis international : gratuit, il suffit de le demander en Préfecture. Il peut être exigé dans certains pays si vous voulez conduire ou louer une voiture.

– 2 porte-feuilles : un vrai et un faux. En plus d’avoir de l’argent dans nos ceintures, nous avons un faux porte-feuille. En cas d’agression, nous pouvons donner le faux. A l’intérieur, des anciennes cartes bancaires et des papiers divers comme des cartes de visite, ainsi qu’une petite somme d’argent réaliste.

– Les cartes des pays que l’on visite !

Autres

– Livres : en général 1 ou 2 chacun, à échanger au fur et à mesure du voyage.

– Un petit carnet : pour toutes les adresses, les traductions, les pensées, les numéros de téléphone, pour faire des dessins d’explication au chauffeur, des suggestions de musique.

– Une trousse avec un marqueur noir !!

– 5 dés chacun, une balle à rebondir et un petit ballon, un jeu de cartes.

– Une bonne lampe frontale avec clignotant rouge. Peut-être un des objets les plus importants : il permet la nuit de faire du stop, cuisiner, monter un campement, marcher sur le bord de la route sans se faire écraser, fouiller les poubelles, faire des signaux de détresses et plus encore. Les frontales Petzl ont un bon rapport qualité prix. Quelques bandes réfléchissantes à poser sur les sacs peuvent aussi être utiles.

– 1 set de crochetage (jamais utilisé, mais c’est marrant à avoir), un objet multi-fonction 11 en 1 taille CB (jamais utilisé non plus, à voir), 1 boussole.

– Des crochets en métal, des mousquetons, des élastiques, des petites cordes un peu partout.

– 15m de corde résistant jusqu’à 250kg (10€) : pour faire un abri avec la couverture de survie, sécher des affaires, accrocher un hamac que nous n’avons pas, etc.

– Un kit de couture.

– Quelques petites pierres cool offertes par ma marraine pour protéger des gens malveillant, donner de l’énergie ou aider à se concentrer.

– Du PQ, pour tous les cacas en pleine nature, mais pour aussi d’autres utilisations moins sympas comme se moucher.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *