Visas et liens utiles

Dans cette page, nous aborderons les spécificités de chaque visa pour les pays que nous avons traversés après avoir donné quelques liens utiles.

Pour notre voyage nous n’avons pris aucun visa en avance. Les Français, surtout quand ils ont la classe à Dallas comme nous, ont en effet la chance d’avoir un accès plutôt facile dans la vaste majorité du monde, et comme nous n’avons pas de réel plan et que nous ne voulons pas en avoir, nous avons décidé de partir comme cela.

La plupart des visas peuvent s’obtenir à la frontière. Il faut cependant se méfier avec certains pays, comme le Soudan qui exige une demande préalable de visa dans une ambassade, avec des photos couleur taille officielle, bla bla. En règle générale, la durée des visas varie selon les pays entre 1 et 3 mois. Mais le Turkménistan par exemple ne délivre sauf exception que des visas de transit de 5 jours. Attention donc !

Pour les Français, beaucoup de visas sont gratuits ou peu cher. Toute l’Europe pour commencer, mais aussi quasiment toute l’Amérique et une bonne partie de l’Asie. En Afrique en revanche on doit souvent aligner les biftons, pouvant osciller entre 20€ et 100€. Mais si à la frontière on vous exige un baksheesh et que vous avez le temps, vous pouvez toujours tenter de vous poser devant, de préparer un thé ou un café et de l’offrir aux douaniers. En moins de 24h, ils vous laisseront probablement entrer voyant votre détermination à ne pas lâcher une pesetas.

Quelques liens pour vous guider dans vos recherches :

Les officiels

  • Les sites des ambassades de chaque pays, une simple recherche suffit, grâce à DuckDuckGo bien sûr (Duckduckgo pourquoi ?).
  • France Diplomatie : Allez faire un tour sur la rubrique Conseils par pays. Pour les Français, consulter l’onglet « Entrée/Séjour » pour pleins d’infos sur les visas.
  • Sur le même site, vous pouvez aussi aller voir les Dossiers par pays. Attention, les sites officiels ont tendance à vous décourager d’aller dans les pays qui ne sont pas 100% sûrs. Or le 100% sûr n’existe pas et les informations sont donc à prendre avec de grandes pincettes et à comparer à d’autres sites.
  • Avant de partir, vous pouvez aussi vous inscrire sur le dispositif du gouvernement : Ariane. Cela permet à la France de savoir qu’un Français est sorti de notre chère patrie et qu’il se trouve dans telle région du monde à telle période. Vous recevrez aussi des mails vous annonçant des changements majeurs dans les pays déclarés sur le site : tremblement de terre,  manifestations violentes, etc. Je ne sais pas dans quelle mesure c’est utile et si la France va vraiment faire quelque chose pour un pauvre voyageur submergé par un tsunami, mais bon, à vous de voir si ce dispositif vous intéresse. Disons que c’est gratuit, et ce qui est gratuit est toujours, ou au moins souvent, bon à prendre.

Les non-officiels, qui font un peu moins peur à lire que les gouvernementaux

  • Nomadwiki : Avant, toutes les infos concernant les visas étaient sur un site spécial, Visawiki. Mais le site a été arrêté et depuis toutes les informations ont été transférées sur Nomadwiki. En bas des articles de chaque pays vous trouverez donc pas mal de choses. Attention, tout n’est pas à jour !
  • Wikivoyage : Comme son nom l’indique, c’est un Wiki pour le voyage. Pleins de bonnes infos pour se donner une idée des pays.
  • La page Visa requirements by nationality de Wikipedia est très complète (en anglais).
  • Le site Visa Mapper, aussi en anglais, permet de voir sur une carte les différents types de visas nécessaires par pays en fonction de sa nationalité. Les données sont collaboratives, donc entrées par les utilisateurs. Pratique à utiliser mais les infos ne sont pas hyper détaillées.

Infos sur les visas des pays visités

Alors ça c’est de l’info perso, notre expérience et notre vécu, donc rien d’officiel là-dedans hé hé. Cela marche pour deux jeunes Français. A chaque fois les prix sont donnés pour une personne.

Europe (Novembre-Décembre 2014) : Nous n’avons eu aucun problème pour rentrer dans tous les pays de l’Europe, que ce soit Schengen ou non, et tout était gratuit. Mais pour tous les citoyens non Schengen, il y a un maximum de 3 mois avant de devoir quitter la zone.

Turquie (Décembre 2014-Février 2015) : Pour la France et l’Allemagne, et probablement d’autres, il n’y a pas de visa et l’on peut rester 3 mois tous les 6 mois. On peut par exemple quitter la Truquie pendant 40 jours, et lorsque l’on revient on dispose toujours de ces 40 jours. En cas de dépassement vous encourrez une amende démarrant à 400 lyra, voir un bannissement du pays pour plusieurs années.

Chypre (Février-Mai 2015) : Union Européenne alors pas de soucis. On est arrivé partie Nord (donc simili-turque), et nous n’avons eu aucun problème pour rentrer dans la partie Grecque et ensuite bouger du nord au sud autant qu’on le voulait. Les citoyens non UE ne sont peut-être pas autorisés à arriver dans la partie Nord et ensuite bouger au Sud.

Israël (Mai-Juin 2015) : Nous sommes arrivés en cargo depuis Chypre, donc un peu louches depuis le début. Interrogatoire poussé, mais on n’avait rien à se reprocher, on n’a pas menti, on leur a dit qu’on allait au Soudan, et on est entré sans problème. Il n’y a pas de visa et nous pouvions rester trois mois avec entrée simple. A la sortie terrestre via Hussein Bridge, on a eu la bonne surprise de payer 101 shekels (25 euros) de frais de sortie. Comme nous allions au Soudan après et qu’une entrée en Israël ne permet pas l’accès, voici comment nous avons fait (en English).

Jordanie (Juin-Juillet 2015) : Arrivés par la terre, notre visa valable un mois, entrée simple, nous a coûté 40JD (50 euros). Nous sommes partis par ferry (Aqaba-Nuweiba en Egypte) avec une taxe de 10JD soit 12,5 euros. Nous avons demandé notre visa sur un papier séparé, tout comme pour Israël et il devenait donc intraçable de savoir que nous sommes allés en Israël.

Egypte (Juillet 2015) : Visa reçu à la sortie du bateau, un peu long mais sans probs, USD 25. Ensuite pour quitter le pays nous avons fait du stop d’Assouan jusqu’à Abu Simbel et pris le ferry local jusqu’à Qustul (5EGP par personne soit 0,6 euros. Ils n’avaient pas de monnaie alors on a payé 10EGP chacun). Sur le ferry on a demandé à un camion qui nous a pris jusqu’à cette folle frontière au milieu du désert. Encore 50EGP (6 euros) pour « avoir accès à la frontière » et on pouvait rentrer au Soudan.

Soudan (Juillet-Août 2015) : Deux choses pour le Soudan : il ne faut pas avoir de preuve qu’on est allé en Israël, et deuxio il faut faire son visa en avance, au Caire (100 dollz américain) ou à Assouan (50 US dollz ou environ 390 livres égyptiennes). A Assouan ils nous avaient dit deux jours, on est revenu le lendemain et ils nous l’ont fait en live, sans vraiment chercher à savoir si nous avions visité « le pays interdit » oulala. Dans le pays, nous n’avons dit qu’à quelques Soudanais que nous y étions allés. La bonne surprise du Soudan, c’est qu’il faut se faire enregistrer, soit à la frontière soit dans n’importe quel poste de police pour la modique somme de 275 SDG (ou 285?) soit 40 euros au taux officiel et 27,5 au marché noir au Soudan, oui oui oui, 1 pour 10 et non pas 6,8. Pas de taxes à la frontière terrestre à Metema pour l’Ethiopie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *